Beijing

Discussion MEMOSIENNE : Opportunité à aux Jeux Olympiques par Sylvain Leclerc

Le 1er mai, Journée internationale des travailleurs, le CIO a publié sur son site web un article intitulé « Les Jeux olympiques offrent aux jeunes des compétences clés pour entrer dans le marché du travail » et un guide de 40 pages intitulé « Les Jeux olympiques : un tremplin pour les jeunes professionnels ». En lisant l’article et le guide, je me suis immédiatement reconnu, le Sylvain Leclerc de 2007, alors que j’étais sur le point de vivre l’expérience la plus fascinante de ma jeune vie professionnelle : déménager à Pékin, en Chine, pour un an afin de travailler pour le Comité d’organisation des Jeux olympiques de 2008… une année qui a changé ma vie à jamais !

Pour donner un peu de contexte, grâce à la collaboration de l’ambassade du Canada en Chine, j’avais été engagé pour travailler dans la division de traduction du département des relations internationales du COJO, d’abord en tant que stagiaire (ce qui a ensuite donné lieu à un contrat avec l’organisation). À l’époque, j’étais journaliste sportif du « Réseau des sports » (l’équivalent franco-canadien d’ESPN) et j’avais couvert, depuis le siège du réseau à Montréal, les Jeux de Salt Lake City, d’Athènes et de Turin. Compte tenu du contexte anglais/français au Canada, je faisais beaucoup de traductions dans le RDS mais je ne l’avais jamais étudié, je n’étais donc pas un expert dans ce domaine, mais j’étais une encyclopédie des sports olympiques… J’étais très heureux et fier d’être le « Wikipédia du sport » dans l’équipe.

Entre août 2007 et septembre 2008, j’ai eu l’immense et unique privilège de voir les dernières étapes de la mise en scène des premiers Jeux olympiques en Chine. Leurs premiers Jeux, leur façon de mettre la Chine sur la carte, le projet de toute une nation. Chaque employé qui travaille pour un COJO pour la première fois pour les Jeux qui se dérouleront dans son pays est très fier. Mais à Pékin, c’était une fierté multipliée par cent, une fierté écrasante, quelque chose que je n’avais jamais vécu de ma vie, j’étais simplement stupéfait… tout le monde voulait être le meilleur en raison de ce que les Jeux représentaient pour son pays et sa carrière après les Jeux (un tel « badge d’honneur » sur son CV était de l’or pur !).

Même nous, en tant qu’humbles « laowai » (terme informel pour l’étranger en mandarin), nous ressentions l’immense fierté et l’honneur des Chinois normaux ; que ce soit dans les taxis, le métro, les restaurants, lors de nos visites et de nos voyages, lorsque nous disions travailler pour les « Er ling ling ba Àoyùnhuì » (Jeux olympiques de 2008), lorsqu’on nous demandait ce que nous faisions en Chine, les gens nous remerciaient souvent pour ce que nous faisions pour leur pays … encore une fois, ce que je n’avais jamais vécu de ma vie. C’était vraiment touchant, j’ai réalisé au quotidien la véritable signification de l’impact des Jeux Olympiques sur les gens. Cela m’a transformé et m’a donné encore plus d’élan pour contribuer positivement et activement à la croissance du Mouvement.

Mais travailler à Pékin n’a pas toujours été facile. S’adapter à une culture de travail différente, dans un contexte où je ne parlais pas la langue (malgré tous mes efforts pour l’apprendre), je ne connaissais pas le code local et je n’avais pas de réseau social pour m’aider à naviguer dans cet environnement inconnu, c’était une tâche ardue. Fasciné par ce pays mystérieux à l’histoire si longue et si riche, je me suis embarqué dans ce voyage aussi vite qu’Usain Bolt en franchissant la ligne d’arrivée du 100 mètres, la tête la première, à toute vitesse, sans aucun doute… sans vraiment savoir dans quoi je m’embarquais. Et même si je n’avais aucune attente, la tâche qui m’attendait s’est avérée beaucoup plus difficile que « prévu ».

Parfois, le défi de l’adaptation à ce nouveau monde semblait insurmontable et je me suis souvent senti découragé et inutile. C’était frustrant et je voulais tout quitter… partir et rentrer chez moi. Mais, comme toutes les histoires qui finissent bien, je ne l’ai pas quitté… Parce que ne pas continuer jusqu’au bout, malgré toutes les difficultés, n’était pas mon essence. Et à cause de ce que les Jeux Olympiques signifiaient pour le peuple chinois… Je ne connaissais pas la grande majorité des plus de 7000 employés du COJO, je ne connaissais aucun des millions de volontaires pour les Jeux, je ne connaissais pas les gens fiers que j’ai rencontrés dans la rue qui me remerciaient, qui m’offraient des cadeaux et qui prenaient des photos avec moi parce que je travaillais sur le projet olympique, mais je ne pouvais pas les laisser tomber. Je ne pouvais pas être déçu. Même si je n’étais qu’un « laowai », je me sentais faire partie de l’équipe de Chine. D’une certaine manière, c’était devenu mon projet aussi.

Volunteer Leclerc Beijing 2008Plus que toute autre équipe sportive dans laquelle j’ai pu évoluer dans ma vie et dans mes autres emplois, le temps passé à Pékin m’a vraiment appris le concept de travail d’équipe et de coopération (internationale) pour atteindre les objectifs les plus élevés (pendant les Jeux, l’équipe de traduction était composée de plus de 100 employés, venus de Chine, du Canada, de France, de Suisse, de Belgique, d’Égypte, d’Haïti, parmi d’autres). Le fait d’être exposé pour la première fois à un véritable environnement multiculturel m’a enseigné à vraiment apprendre à enrichir ma perspective (à cette époque-là quelque peu limitée) en écoutant et en respectant les perspectives et les réalités des autres.

 Travailler et vivre une vie quotidienne « à la chinoise », apprendre leur mode de vie, leur histoire et leur philosophie de vie en voyageant dans ce magnifique pays, m’a permis de tirer les meilleures leçons dont j’avais besoin à cette époque de ma vie : une plus grande compréhension, de l’endurance, de la patience, la capacité à lâcher prise… Cela a également grandement amélioré ma capacité à communiquer avec mes mains et mes doigts, la seule façon de s’exprimer dans pratiquement toutes les situations où l’on parle moins de 100 mots en mandarin… c’est ce que j’appelle la créativité à son meilleur !

Comme beaucoup de mes collègues chinois, mon voyage avec le COJO 2008 a grandement amélioré mes chances de trouver un emploi au sein du Mouvement. C’est cette première expérience qui m’a permis de travailler aux Jeux de Vancouver 2010 (mes premiers Jeux dans mon pays) et aux Jeux de Londres 2012 pour la station olympique officielle du Canada en tant que producteur/association sur le terrain, puis avec le Comité olympique canadien à Sotchi 2014 et Rio 2016, dans l’équipe communication/médias. Ce voyage m’a également emmené à assister à la session 2011 des jeunes participants à l’Académie internationale olympique, à travailler sur la session 2013 du CIO à Buenos Aires (où le président Bach a été élu et Tokyo sélectionné) et ensuite, bien sûr, à suivre le meilleur programme de master international avec les meilleures personnes au monde (également connu sous le nom de MEMOS), qui a donné lieu à des séminaires et des conférences sur la communication et le marketing olympiques internationaux.

Mais jusqu’à ce jour, malgré toutes ces incroyables et étonnantes expériences à venir au sein du Mouvement olympique, cette expérience d’une année dans la capitale chinoise est ma « mission » la plus surprenante et la plus mémorable de toutes. Parce que c’est celle qui m’a le plus changé ( à l’intérieur) en tant qu’être humain ; elle a redéfini qui je suis aujourd’hui et m’a permis de devenir une meilleure personne. Et pour moi, c’est la chose la plus importante.

Vous avez un sujet que vous souhaitez aborder ? Écrivez-nous un courriel à : contact@memos.degree

Page D’accueil
2020-06-24T21:04:00+02:00